Bratz

0
108

poupee-bratz

Alors que « Barbie » est un triomphe magistral au cinéma, il est l’heure de vous parler des : « Bratz » ! Souvenez-vous de ces quatre gazelles, qui furent un phénomène de société mondial dès 2001. Depuis son lancement, la franchise a déjà engendrée plus de deux milliards de chiffre d’affaires.

Qui aurait cru que « Barbie », pouvait subir la concurrence de plein fouet ? Et pour cause : « Hasbro » avait déjà essayé de prendre des parts de marché avec « Maxxie », « Jem et les Hologrammes » ou encore « Sindy », tout en connaissant un certain succès. Cependant, elle a eu très mal face aux « Bratz », surtout, lorsqu’elles ont été lancées par un ancien de chez Mattel, j’ai nommé : Carter Bryant.

Mais pourquoi, un tel engouement ? À mon avis, « Barbie » est la représentation de la femme blonde parfaite, car elle savait faire tous les métiers et avec sa taille, ses cheveux, son regard et son intelligence, elle donnait alors une image très féminine, voire trop protocolaire, mais assez adulte aux enfants. De plus, le phénomène d’usure, peut aussi entrer en cause. À l’inverse, les « Bratz », sont de petites tailles, dotées de grosses bouches, un maquillage extravagant, passionnées de mode, mais avec un look d’adolescentes parfois trop minimaliste et c’est parce qu’elles ressemblaient à cette cible dite large publique, donc imparfaite et surtout à l’inverse de Barbie, que les filles du monde entier, se sont identifiées à elles.

bratz

Cela pose également la question suivante : si « Skipper », la petite sœur de « Barbie », avait eu un marketing aussi incroyable, que celui de sa grande sœur durant la décennie 2000, tout en étant dotée de fabuleuses copines comme elles, aurait-elle pu avoir le même statut planétaire, que les Bratz ? Mystères…

Dans cette bande, il y avait : Cloe, Sasha, Jade et Yasmine au départ, puis l’offre s’est étoffée par la suite avec de nouvelles venues. Elles ont des looks très marqués, ultra tendances et sont surtout moins chères, que « Barbie ». D’où leurs succès, aussi ! Cependant, je constate aussi, qu’elles ont été déclinées tout de suite sur de nombreux médias, ce qui a fortement aidé dans l’ampleur du phénomène.

C’est vrai, le fait d’avoir un dessin animé, qui passait une fois par semaine durant plusieurs années, cela a boosté les ventes de jouets. De plus, comme je le dis toujours, avoir un générique accrocheur, en l’occurrence r&b, musique qui cartonnait à l’époque, pousse le téléspectateur à devenir acheteur de la gamme de poupées. Bien joué ! Pour moi, privilégier le tube cathodique, fut excellent pour la stratégie marketing ! Mattel et sa Barbie ont dû avoir très mal en voyant ça ! Et pour cause : la blonde iconique, n’avait pas encore de feuilleton à l’époque ! Quelle erreur fatale !

Face aux ventes exceptionnelles, ces poupées « Bratz » ont également généré une énorme franchise, comprenant : des séries animées, des films d’animations, un film live action au cinéma « Bratz : In-sé-pa-rables ! » en 2007, des albums musicaux, des jeux vidéo, mais aussi d’autres produits dérivés.

Et vous, quels souvenirs gardez-vous du phénomène des poupées « Bratz » ?

Publicités pour les poupées Bratz (anglais)

Merci à RémyR pour ce souvenir.

Sourcegeneration-souvenirs-le-blog.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here