Un tableau miraculé de Gustave Courbet refait surface aux enchères

Le Meilleur de...

[TOPITRUC] Un masque de protection avec ta question préférée

Combien ?    à partir de 11.95 € Chez qui ?   Redbubble Il m'en faut (au moins) un ! Pourquoi c'est top ? Parce qu'un cadeau...

Quand Corynne Charby était mannequin par Nath-Didile

Avant de devenir celle que nous connaissons tous, Corynne Charby était mannequin et a beaucoup posé pour les magazines et les catalogues de ventes par...

SFERIES – LES BOULES AU MIEL DE PESSAH'

25 Mars 2020 , Rédigé par Rahel Publié dans #Pessah` בס"ד Une recette hyper simple qui ravieront petits et grands. Ingredients 6 oeufs 6 cs de farine de matsa zestes...

Cages à poules, tape-culs, tourniquets et jeux de plein air par Nath-Didile

Qu'est-ce qu'on était casse-cou quand on était petit ! Je ne sais pas vous mais moi j'adorais grimper dans la cage à poules de mon...

Les Mini-Star de la mode par Nath-Didile

Tout le monde se souvient des Mini-Star (sans "s" à la fin), ce groupe d'enfants qui interprétait des chansons dans les années 80 :...


Ce vendredi, Sotheby’s proposait dans le cadre de sa vente en ligne d’art impressionniste et moderne Baigneuses dans la forêt. Une toile exécutée en 1862 par l’impertinent maître d’Ornans, Gustave Courbet (1819-1877). Estimée entre 180 000 et 250 000 dollars, l’oeuvre a été adjugée à plus de 400 000 dollars. Un tableau à la palette de couleurs audacieuse propre à Courbet, où se révèlent les verts luxuriants de la forêt mêlés au noir argenté de la surface de l’eau brisée par deux silhouettes féminines nues : les baigneuses. La peinture mise à l’encan évoque les paysages de Camille Corot et fut peinte près de dix ans après la célèbre et sulfureuse œuvre des Baigneuses. Un grand tableau que Gustave Courbet présente au salon de 1853 avec Les Lutteurs et La Fille endormie, et qui reprend le très classique thème des baigneuses représentant en peinture l’idéal féminin, comme Diane ou Vénus. Le peintre figure la femme bourgeoise – plantureuse et à la peau pâle – dans des poses lascives, les corps étant représentés de manière réaliste, conduisant à des associations érotiques qui suscitent à l’époque l’indignation du public et de ses pairs, comme Théophile Gautier ou encore Eugène Delacroix, affichant alors son dégoût « de la vulgarité et de l’inutilité de la pensée qui sont abominables ».

- Advertisement -

À LIRE AUSSIVite, au musée ! Les 30 plus belles expositions à voir dès le 19 mai

Le baron Hatvany, grand collectionneur

Outre son iconographie, Baigneuses dans la forêt a surtout eu la (malheureuse) caractéristique d’avoir été confisquée deux fois à une même famille juive d’origine hongroise spoliée. La vente chez Sotheby’s marque sa première apparition sur le marché de l’art depuis 1908, date à laquelle son propriétaire d’origine, le baron Ferenc Hatvany (1881-1958) acheta sa toute première œuvre à la galerie Bernheim-Jeune à Paris. Grâce aux recherches de Thierry Savatier, auteur de L’Origine du monde (éditions Bartillat), il est apparu que le baron – également peintre – était le plus grand collectionneur hongrois de son temps. Ferenc Hatvany descend d’une famille qui a fait fortune dans l’industrie du sucre et jouit d’un capital financier considérable. Fin connaisseur de la peinture française du XIXe siècle et doté d’un œil infaillible, il collectionne et expose les plus grands dans son hôtel particulier de la colline de Buda, où les murs supportent près de 800 œuvres d’art. Ses artistes favoris ? El Greco, Tintoret, Manet, Picasso, Ingres, Cézanne, Renoir et, surtout, Gustave Courbet, dont il acquiert deux autres toiles en 1913, L’Origine du monde et Femme nue couchée, aujourd’hui toutes deux conservées au musée d’Orsay après avoir elles aussi disparu puis réapparu aux enchères ou restituées.

À LIRE AUSSIBicentenaire de Courbet : la vengeance de Gustave

Baigneuses dans la forêt, elle, a attendu 2021 pour revenir sur le marché de l’art. Après avoir essuyé les séquelles de la révolution hongroise de 1918, le baron Hatvany voit sa toile saisie une première fois en 1919 par le ministère de la Culture de la République soviétique hongroise. Restitué en 1923, le tableau sera à nouveau confisqué en 1944. Plusieurs lois antisémites ont été promulguées par le gouvernement nazi de l’amiral Horthy dès 1938, celle sur l’expropriation des biens juifs est votée en 1942, et l’aviation soviétique bombarde Budapest. Hatvany décide alors de sécuriser sa collection en la plaçant dans des coffres de banques sous un faux nom. En mars 1944, Hitler envahit la Hongrie et la Gestapo prend ses quartiers dans l’hôtel particulier du baron Hatvany, et pille les lieux. Ce sont ensuite les forces de l’Armée rouge qui prennent la ville et visitent les banques. Au printemps 1945, quand Ferenc Hatvany retrouve Budapest, la majorité de sa collection a disparu. Après s’être enfui à Paris en 1947, le baron finit ses jours en Suisse, où il s’éteindra en 1958 sans avoir retrouvé la trace de son premier Courbet.

À LIRE AUSSIUn tableau oublié de Gustave Courbet refait surface en Normandie

Prise par l’armée soviétique ?

« Ses descendants ont recherché très activement le tableau pendant des années. Ce n’est que très récemment que nous avons appris l’existence de la toile, grâce à des informations de Sotheby’s et de l’Art Loss Register [une base de données internationales sur les œuvres d’art, NDLR] », précise au Point Agnès Peresztegi, l’avocate des héritiers Hatvany et spécialiste des œuvres spoliées. « Nous ne savons pas exactement ce qui est arrivé à l’œuvre entre 1945 et 2021, mais nous supposons qu’elle a été prise par l’armée soviétique dans les coffres de la banque. Lorsque Baigneuses dans la forêt a refait surface, nous avons tenté de découvrir ce qui était vraiment arrivé au tableau, sans succès. Impossible de savoir comment il a quitté la Hongrie après 1945 », ajoute Me Peresztegi. « Après de nombreuses recherches, nous avons pu établir un contact direct avec le possesseur actuel du tableau et nous avons pu parvenir à un accord de restitution, avec l’aide de la maison Sotheby’s, qui a mis la toile en vente sur demande des héritiers », conclut l’avocate.


Sourcelepoint.fr

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

TOP cette semaine

Top 10 des gens les plus teubés de la semaine, épisode 133

Salut les petits loups. Comme toujours, on se retrouve avec plein de nouveaux teubés qui ont fait leur apparition dans la jungle de la...

Microsoft ajoute Activision Blizzard à son écurie Xbox – et oui, ses jeux rejoindront le Game Pass

Microsoft a annoncé qu’il rachetait Activision Blizzard dans le cadre d’un contrat dingue de 69 milliards de dollars. Cette décision fera de l’éditeur de...

Top 12 des chiens en photos qui sont trop tristes (mais vraiment vraiment trop tristes, ça sent la connerie)

Olalalala. On vient de tomber dessus et on est trop triste. Non mais regardez ces chiens. Ils vivent trop une vie difficile et on...

Top 40+ des tweets les plus drôles sur Blanquer à Ibiza, fiesta baila pour le ministre

En France, on a beaucoup de chance. On a des ministres tellement compétents et un gouvernement tellement bienveillant qu’on n’a jamais de quoi faire...

Top 30 des pires photos de gens qui ne savent pas utiliser un lave-linge

La lessive c’est tout un art. Pour bien laver ton linge, tu dois trier les couleurs, les textures, choisir le bon programme et mettre...

Top 40 des inventions qui sont nées en même temps que toi

Vous avez toujours pensé que vous étiez spécial ? Que quelque chose vous différenciait des autres depuis votre naissance ? C’est faux. La seule...

Plus & plus encore