La source de cet article se trouve sur ce site

BOOOONNE ANNÉÉÉE ! Meilleurs vœux, et puis la santé hein ! … Hein ? Pardon ? KEUUUUA ? On n’est pas le 31 décembre ? On n’est que le 29 juillet ? Mais pourtant on a déjà épuisé l’intégralité des ressources de la planète normalement disponible pour un an ! Ça voudrait dire qu’à partir d’aujourd’hui on vit à crédit jusqu’à la fin de l’année ? Pfiou. Sale nouvelle. Mais pas grand chose à côté des formidables petites histoires cocasses et insolites que je m’en vais vous raconter sur notre ami le pergélisol (permafrost en anglais).

D’abord le pergélisol c’est kwa ? C’est une partie du cryosol qui est gelé en permanence pendant au moins deux ans (et jusqu’à plusieurs millions d’années) ce qui la rend très dure et imperméable. Il couvre 1/5 de la planète (90 % du Groenland, 80 % de l’Alaska, 50 % du Canada et de la Russie).

Et pourquoi il constitue une menace assez flippante pour nos p’tits culs de terriens ? Comme vous vous en doutez, avec cette sombre histoire de dérèglement climatique, le pergélisol fond. Ou plutôt il dégèle. Et comme on va le voir si dessous, ce dégel entraîne l’hypothèse de plusieurs scénarios catastrophe. Walking Dead à côté c’est les bisounours. Et si vous pensez que ces théories fumeuses sont catastrophiques, je vous rassure, ça a déjà commencé.

1. La biodiversité va en prendre un coup

Et ses dégâts peuvent déjà être constatés à un niveau local. On observe ainsi d’importants changements dans les zones où le pergélisol dégèle. Par exemple, dans le village inuit Umiujaq (au nord du Québec), les bouleaux glanduleux et nains ont remplacé le lichen à caribou ce qui a progressivement viré du périmètre les renards arctiques qui se sont vus remplacés par des renards roux. Alors dans l’absolu, on peut se dire qu’on s’en cogne et que les renards roux c’est très bien aussi. Mais dans la mesure où les espèces entretiennent des rapports d’interdépendance, ces changements peuvent (et vont) avoir des impacts à plus grande échelle. C’est comme ça qu’on voit des ours polaires débarquer dans des villages en quête de nourriture. Bref la liste des conséquences est longue.

Source photo : Giphy

2. Des routes, des maisons et tout plein de structures vont se casser la binette

Et oui parce que dans les régions habitées, le dégel du pergélisol affaiblit les sols et donc les constructions. C’est comme ça que la route de l’aéroport menant au village inuit Umiujaq s’est effondrée sous l’effet du dégel. Mais il risque d’en être de même pour les bâtisses de la région. En gros on marche sur un terrain glissant. Comme j’ai toujours dit, l’enfer est pavé de pergélisol fondu.

3. Ça va sentir la carcasse pas fraîche de vieilles bestioles mortes il y a perpète

C’est comme ça que les poils de fion de mammouth remontent à la surface (ce qui entraîne un commerce plus que limite comme on le verra plus loin). Plus concrètement, en 2016, c’est le cadavre d’un renne mort il y a 70 ans qui est remonté à la surface en Sibérie. Petit problème, cette vieille charogne a libéré des spores d’anthrax qui a contaminé des milliers d’autres rennes, bien vivants eux, et entraîné la mort d’un enfant.

4. Ça va être la fête du slip de vieux virus qu’on pensait pas recroiser un jour

Comme on vient de le mentionner, un cadavre de renne a libéré des spores d’anthrax en 2016. C’est déjà pas ouf. Et on ne parle que de la surface du pergélisol. Or plus ça fond, plus on va atteindre des couches glacières vieilles de plusieurs dizaines, centaines de milliers, de millions d’années. Or il y a fort à parier que notre petit corps frêle ne réagisse pas très bien à la rencontre de virus ancestraux. En fait pour vous donner une idée de ce qui se passe, c’est comme si on foutait un plat de viande dans le congélo et que le congélo était pété et donc que la bouffe pourrissait. Bah pour faire simple, la bouffe = la planète.

Source photo : Giphy

5. Avec moins de glace, ce sera la porte ouverte à plein de commerces maritimes tout moisis (ce qui ne devrait pas aider le pergélisol à rester au frais)

Avec la fonte des glaciers, le truc super chouette c’est qu’il y a vachement plus de place pour naviguer. A l’heure actuelle les routes maritimes sont ainsi ouvertes six mois par an et il est bien plus facile de se rendre en Sibérie. Or, ces régions habituellement désertiques disposent de gisements de pétrole et de toute sorte de métaux précieux comme de l’or ou les diamants ce qui attire naturellement les convoitises. C’est comme ça que les Russes ont commencé à installer des mines à ciel ouvert pour lesquelles ils doivent percer le pergélisol. A côté de ça, des commerces d’ossements fossilisés voient le jour. Parce que si le commerce d’ivoire est désormais illégal, il n’en est rien pour le commerce de défense de mammouth. Or ces dernières fleurissent avec le dégel (on en déterre 60 tonnes chaque année) et se retrouvent ainsi sur le marché chinois. Bref, visiblement, la sensibilisation n’est pas encore au top.

6. Ça va libérer des gaz pas du tout choupinet

C’est pas pour rien qu’on parle de bombe à retardement avec le pergélisol. Il contient 1700 milliards de tonnes de carbone. C’est le double de ce que contient l’atmosphère à l’heure actuelle. Or le carbone libéré par le pergélisol dégelé est transformé en dioxyde de carbone et en méthane par les bactéries. Et le méthane c’est 25 fois plus réchauffant que le CO2. OUCH. Sans compter que de récentes études ont aussi montré que le pergélisol pouvait libérer du protoxyde d’azote (N2O). Un gaz au nom barbare qui, lui, serait carrément 300 fois plus réchauffant que le CO2 et aurait une durée de vie bien plus longue dans l’atmosphère…

Donc pour résumer, le dégel du pergélisol va augmenter les gaz à effets de serre, ce qui va entraîner le dégel du pergélisol, ce qui va augmenter les gaz à effets de serre, ce qui va nous emmener au point suivant…

7. La fonte du pergélisol entraîne… la fonte du pergélisol (sinon ce serait pas drôle)

Bienvenue dans le vortex de la boucle de rétroaction positive ! Le dégel du pergélisol dégage du carbone qui se transforme en méthane ou en dioxyde de carbone (ou en on ne sait trop quoi, tout dépend des vieux gaz qui remonteront à la surface au fil du temps). Or ces gaz augmentent l’effet de serre, qui augmente le réchauffement etc. Bref vous pigez le concept.

Le problème c’est que si on dépasse les 2°C de réchauffement, on ne sait pas quelles conséquences peut entraîner cette boucle, ce qui va nous emmener au point suivant…

8. Globalement, on ne sait pas vraiment ce qui peut se passer mais ça risque d’être pire que prévu

En ce qui concerne le dérèglement climatique, on a plein de projections possibles. Toutes sont négatives, ça au moins c’est cool, comme ça y’a pas à tortiller. Seul point de variation sur les prévisions scientifiques : le temps. Il est difficile de savoir à quel point on est déjà dans la merdasse et à partir de quand on signe concrètement l’arrêt de mort de notre espèce. Plus spécifiquement, les prévisions sur le dégel du pergélisol sont également compliquées. Tout d’abord parce qu’on ne prend que depuis peu en compte cet aspect du dérèglement climatique, c’est pourquoi nos prédictions d’avant sont un peu pétées aujourd’hui. D’autant plus que comme on vient de l’expliquer, il existe un mécanisme de rétroaction du pergélisol qui pourrait accélérer dramatiquement les prévisions de réchauffement climatique. YAY.

Source photo : Giphy

Voilà sinon vous vous rappelez quand on regardait Friends à la télé ?

Sources : France Culture, Usbek et Rica, CNRS, Wikipédia, Le Monde, Politis

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here