La source de cet article se trouve sur ce site

S’il y a bien un truc sur lequel on peut tous se mettre d’accord, c’est que les moustiques sont des enfoirés de première et qu’on se porterait tous bien mieux sans leur présence sur terre. Rien. Y’a rien de positif dans l’existence des moustiques. Ces saloperies ne sont que nuisance. Voilà, c’est tout. Alors il existe des méthodes connues pour les virer, et puis des méthodes moins connues qui sont aujourd’hui l’objet de notre top.

1. Leur faire écouter du bon gros dubstep

Une étude a été effectuée pour la revue scientifique Acta Tropica. Et selon cette étude qui a l’air d’une fiabilité scientifique estomaquante, il semblerait que l’utilisation du tube « Scary Mons­ters And Nice Sprites » de Skrillex réduise l’attaque des moustiques. Plus globalement, l’équipe de chercheurs a surtout mis en avant de fait que la musique électro et le dubstep avaient tendance à repousser les moustiques. La mauvaise nouvelle c’est que c’est aussi un répulsif à humains.

Source

Source photo : Giphy

2. Avoir un goût qui leur plaît pas, genre la transpiration

Les moustiques sont des gourmets c’est bien connu. Ainsi, une étude a montré qu’ils gardaient en mémoire l’odeur des gens qu’ils pépom. Or, même si ton sang a un bon goût de mojito, ta transpiration devrait leur déplaire fortement. Donc plus tu sues, plus tu as de chance qu’ils laissent tranquille ton p’tit cul. Bon après y’a aussi d’autres études qui montrent que la consommation d’alcool entraînant de la sudation va justement davantage attirer les moustiques donc finalement… c’est pas la peine de se faire suer quoi.

Source.

3. Les dresser en leur faisant reconnaître l’odeur du danger

On doit cette fois-ci cette étude à l’Université de Washington qui a tenté de prouver que ces bâtards de moustiques avaient la mémoire du danger qu’ils pouvaient sentir à l’odeur. Du coup, si tu essaies de buter un moustique violemment mais que par miracle il survit, il devrait tout de même garder en mémoire l’odeur de ta haine et ne plus te chercher des noises. Bon perso, je me permets de mettre en doute la véracité de cette étude dans la mesure où on a tous eu un moustique récalcitrant prêt à nous pourrir la nuit alors qu’on a essayé de le tuer plusieurs fois à balle réelle.

Source

Source photo : Giphy

4. Leur filer un coupe-faim

Les chercheurs de l’Université de Rockefeller à New-York sont de gros sournois. D’après une étude menée par leurs soins, il serait possible de repousser les moustiques en leur coupant l’appétit. Pour cela ils sont partis d’un constat simple, quand le moustique a sucé, il est rassasié et il nous lâche les basques. Or le meilleur moyen de couper la faim des moustiques, c’est de se couper la faim soi-même. Ainsi, avec des pilules coupe-faim non seulement on ne mange plus, mais on ne se fait plus manger non plus (attention, information à prendre avec des pincettes, n’allez pas vous ruez au rayon régime de votre pharmacie).

Source

5. Avaler un insecticide oral

Les chercheurs de l’Université du Colorado auraient mis au point une sorte d’insecticide oral à base d’ivermectine qui rendrait notre sang mortel pour les moustiques. Les tests sont encore en cours mais jusque là il semblerait que les patients test (au Burkina Faso) qui en ont bénéficié n’aient pas été victimes d’effets secondaires et qu’ils soient en revanche moins exposés à des maladies comme la malaria. Il y a donc un petit espoir de réduire les cas de paludisme et de malaria dans le monde ce qui serait plutôt une bonne nouvelle.

Source

6. Les foutre dans un aspirateur qui simule l’odeur de l’humain

Une astuce qui a été mise en place dans l’école de Bouc-Bel-Air avec des sortes de bornes anti-moustique au sein desquelles on reproduit la respiration et l’odeur d’un être humain pour attirer les moustiques et ensuite les aspirer dans la borne et qu’ils crèvent ces FDP. Cruel mais juste.

Source

7. Leur lire un livre Michel Houellebecq

Une étude de l’Université de Boule-chayte menée par le célèbre scientifique Tareum (Nick de son petit nom) a en effet montré que la lecture intensive de la littérature houellebecquienne à voix haute pouvait entraîner la mort d’une communauté de moustiques par inoculation de la dépression…

Source très fiable.

Source photo : Giphy

La bonne vieille savate sur le mur reste jusqu’à preuve du contraire la meilleure technique. Mais elle n’a rien d’insolite.

Crédit image une : Wikipédia

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here