La source de cet article se trouve sur ce site

C’est dégueulasse, ça fait mal, ça fait chier, ça défigure, c’est contagieux et c’est la honte. Bienvenu dans l’univers magique des verrues, ces petites tumeurs bénignes que l’on se chope à cause d’un virus et qui gâchent la journée de millions de personnes chaque jour dans le monde. Heureusement que ce n’est pas si grave.

1. Est-ce qu’on en a parce qu’on est sale ?

Non, puisque les verrues se chopent avec un virus et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du papillomavirus qui a un nom mignon mais rien d’autre de mignon. En gros on se fait un microtraumatisme dans lequel s’insinue le virus : d’ailleurs, le virus entre plus facilement dans la peau quand elle est pleine d’eau, ce qui explique pourquoi on chope des verrues plantaires à la piscine.

2. A quoi on les reconnait ?

Il y en a plusieurs types. Les verrues vulgaires sont des petites tumeurs cutanées bénignes qui ressemblent à des morceaux de corne proliférée douloureux. Les verrues planes, elles, sont des genres de petits boutons ou plus justement des papules claires qu’on retrouve notamment sur le visage.

3. Est-ce que c’est contagieux ?

Oui, puisque c’est un virus. Et c’est vraiment pas sympa sympa de refiler ses virus à ses petits camarades.

4. Est-ce que les gens qui ont des verrues sur le visage sont plus méchants que les autres ?

Non. La meilleure preuve, c’est que Hitler, qui passe bien souvent pour une personne plus méchante que les autres, n’avait pas de verrues sur le visage, ce qui discrédite cette thèse hautement répandue.

5. Comment on soigne ça ?

Généralement, les verrues disparaissent d’elles-mêmes, mais ça peut prendre plusieurs années. Il existe alors deux types de traitement principaux : les traitements dits chimiques qui nécessitent décapage des lésions et application d’une solution de vaseline salicylée sur les verrues et les traitements dits physiques au premier rang desquels on trouve la congélation de la verrue avec de l’azote liquide à moins 200 degrés. Ca fait mal, mais ça marche.

6. L’astuce de la colle

Il est également possible de mettre une goutte de colle liquide sur la verrue et de la recouvrir de pansements, en recommençant l’opération plusieurs fois pendant quelques semaines. Au bout du bout, la verrue devrait être étouffée. C’est un remède de grand-mère, mais de nombreux retours d’expérience affirment que ça marche.

7. Est-ce que les verrues vulgaires sont vraiment vulgaires ?

Certaines d’entre elles le sont, notamment celles qui ont grandi dans un environnement difficile où les insultes volaient et où l’agressivité servait de base du dialogue intrafamilial.

8. Comment éviter d’en choper à la pistoche ?

En portant des tongs et en contournant le pédiluve. C’est vraiment la meilleure manière de s’en prémunir.

9. Qui était la comtesse de Verrue ?

Eh bien il s’agissait de Jeanne-Baptiste d’Albert de Luynes, née le 18 janvier 1670 et morte le 18 novembre 1736 qui avait épousé le Piémontais Auguste-Manfroy-Joseph-Hiérosme-Ignace Scaglia, comte de Verua francisé en Verrue. Voilà voilà.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

10. Pourquoi dit-on qu’on est verrue de quelque chose quand on aime bien ce quelque chose ?

Eh bien figurez-vous qu’on ne le dit pas. On dit qu’on est féru de cette chose. Pas verrue du tout.

J’espère avoir éclairé votre lanterne et que vous ne l’avez pas prise pour une vessie.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here