La source de cet article se trouve sur ce site

Une étude a récemment révélé que la consommation de produits bios réduisait de 25 % les risques de cancer. Elle fait suite à une enquête scientifique menée de 2009 à 2016 sur 70 000 volontaires. Et les résultats ont montré que ceux qui ne consommaient presque jamais de produits bios étaient davantage sujets au cancer que les autres. Alors quid du bio ? Certes on sait que c’est meilleur pour pas mal de raison, on essaie de s’y convertir progressivement, et pourtant il y a tout un tas de questions qu’on se pose encore sur le bio et auxquelles on va essayer de vous répondre ne tout biotée.

1. En gros, “bio” ça veut dire quoi ?

On l’emploie à tout bout de champs mais que veut dire globalement ce mot ? A la base « bio » est un préfixe qui renvoie à la vie. Autant dire que c’est large. Mais quand on parle d’aliments bios, on renvoie tout particulièrement à l’agriculture biologique c’est à dire sans pesticide de synthèse, sans engrais, bref un truc naturel quoi. En soi, ça ne veut pas dire grand chose. En réalité, le bio dépend surtout des labels qui s’en revendiquent et dont les critères peuvent varier. Ce qui est paradoxal mais pourtant admis comme tel, c’est qu’on va qualifier un produit de « bio » s’il possède un label AB (Agriculture Biologique) et qu’il est issu d’un processus de production respectueux de l’environnement. Vous n’y entravez que dalle ? Retenez simplement que le bio c’est plus qu’un adjectif alimentaire, c’est surtout une manière de vivre et de consommer autrement.

2. Est-ce que les produits bio sont forcément bons pour la santé ?

C’est la grande question à laquelle semble avoir répondu la récente étude publiée dans la revue JAMA Internal Medicine menée sur à peu près 70 000 volontaires. Les résultats ont montré que les consommateurs réguliers de produits bios avaient en moyenne 25 % de risques de moins contracter un cancer. YOUPI. Toutefois, ne faisons pas de conclusions hâtives. Les personnes qui consommaient davantage de produits bios répondaient aussi à d’autre critère atténuant les risques : alimentation saine et équilibrée, non-fumeur etc. Autant de critères qui réduisent les risques de cancer. Donc on ne sait pas vraiment si le bio est meilleur pour la santé mais une chose est sûre c’est qu’il n’est pas mauvais.

3. Est-ce que les labels se foutent pas un peu de notre gueule parfois ?

AH ça c’est toute la question ma p’tite dame. Alors on n’est pas Elise Lucet unfortunately, donc on ne va pas mener ici une enquête exhaustive sur les labels bios les plus fiables ou non. Par exemple on peut consommer un produit bio mais qui vient de l’autre bout du monde (pas forcément mieux donc), ou consommer un produit sans label bio parce qu’il ne répond pas à toutes les normes européennes mais bien plus bio dans les faits que n’importe quel truc qu’on peut trouver en supermarché. Toutefois, on peut donc se laisser porter par quelques labels comme AB, Biocohérence, Nature & Progrès, Demeter et Biodyn, Ecocert… Mais y’a pas de secret, le meilleur moyen de consommer un bon produit c’est d’en connaître l’origine et ça demande donc une remise en question radicale du mode de consommation actuel.

4. Est-ce que le bio c’est vraiment un truc de richou ?

HAHA. Alors sur ce point, il y a ceux qui consomment tout le temps bio qui disent « Non en vrai ça va mon quinoa de Biocoop je l’ai payé 6 euros ça passe crème » et de l’autre les radicalistes de la malbouffe qui éructent « Mais mon lot de 15 steaks surgelés à 1.99 € c’est carrément moins cher, j’vous baise les écolos ». Les deux points de vue se valent. En soi si on cherche un peu, on peut trouver des produits bios (et surtout de circuit court) à des prix tout à fait abordables. Pour cela il faut fuir les supermarchés (on y revient), privilégier les petits commerçants, les AMAP, les ruches de La Ruche qui dit oui etc.

Si certains produits restent plus chers quand ils sont bios, il faut aussi voir ça à long terme. Consommer bio, ça encourage un mode de production respectueux de l’environnement, des animaux etc. Il faut partir du principe que quand tu manges bio, tu consommes un peu moins mais un peu mieux (adieux les plats tout préparés, il va falloir te mettre à la popote) et l’un dans l’autre, ça compense l’impact sur le porte-monnaie.

5. C’est quoi le mieux : manger bio ou manger local ?

Idéalement, les deux mon général. Mais mon expérience personnelle me fait pencher un peu plus pour le local. Parce que le local, c’est le circuit court c’est donc un lien plus direct avec les producteurs ce qui suppose d’emblée un mode de production non-industriel et une démarche plus écologique.

6. Est-ce que les produits bios, ça veut dire qu’on respecte les animaux ?

Ça dépend des labels dont les engagements peuvent varier mais en théorie le bio devrait limiter ses délires tortionnaires dans les abattoirs. Toutefois comme l’a révélé l’association L 2114 les abattoirs bios ne sont pas toujours des modèles de vertus… C’est d’ailleurs pour cette raison qu’une consommation bio entraîne également une réduction de consommation de viande. Quitte à ne plus en manger du tout. Niquez-vous les carnistes.

7. C’est quoi la différence entre bio et biodynamique ?

On parle généralement de biodynamie pour les vins et c’est pas toujours évident de capter la différences entre un vin bio et un vin biodynamique et un vin naturel. Pour faire simple : le vin bio se passe de traitement synthétique, d’insecticide dans les vignes et d’intrants dans la vinification ; le vin biodynamique se barre un peu plus en couille en ajoutant à ces critères le respect du calendrier lunaire et la diminution du taux de souffre dans ses bouteilles ; le vin naturel combine un peu des deux méthodes.

8. Est-ce que les aliments bios sont plus nutritifs ?

Un rapport a été pondu en 2003 par l’AFSSA (l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments) expliquant que les produits bios ne présentaient pas de différences nutritives avec les produits provenant de l’agriculture conventionnelle. Mais 15 ans plus tard, ça ne semble plus être aussi vrai. En gros, les fruits et légumes bios sont plus riches en antioxydants, quant aux produits laitiers, ils ont davantage de « bons » acides gras. Pour le reste des produits, ça ne change pas grand chose. La seule différence encore une fois c’est que les consommateurs de produits bios ont plus tendance à manger mieux et donc plus de fruits et légumes ce qui améliore leurs apports nutritifs.

9. Est-ce que les produits bios sont meilleur au goût ?

Mh. Alors tous les bio-addict vous diront qu’une tomate bio est vraiment délicieuse alors qu’une tomate consommée hors saison et qui vient de Mars aura un goût fade. En fait c’est un poil psychosomatique. Évidement les tomates bios ne sont pas mauvaises et ont plus de chance d’avoir un bon goût. Mais concrètement, les affaires de goûts ne rentrent pas en ligne de compte. Des expérience ont été menées pour faire goûter des produits à l’aveugle et ce n’est pas vraiment concluant. Toutefois, ça dépend des produits, dans les œufs par exemple la différence peut-être plus perceptible .

10. Est-ce que quand on est malade et qu’on prend des anti-bio ça fait de nous des gens froncièrement anti-écolo ?

ALLEZ, c’est pas parce qu’on mange bio qu’on n’a pas droit à l’humour de qualité.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here