La source de cet article se trouve sur ce site

Dès son plus jeune âge, André Soubies suivait son oncle, jardinier de métier, comme son ombre. Ce tonton bien aimé connaissait toutes les plantes, les fruits, les fleurs et les graines. Sa passion de la nature, il l’a transmise à André avec tous ses secrets de fabrication de liqueurs.

Depuis lors, dès les beaux jours, celui que l’on surnomme «le druide de Lieucamp» parcourt la campagne, son panier sous le bras, à la recherche de ses ingrédients pour élaborer pas moins d’une trentaine de variétés de liqueurs. Le ramassage change en fonction des saisons : les prunelles blanches après les gelées, les fleurs d’acacia après les pluies, les fleurs de pissenlit dès que les abeilles commencent à butiner. Incollable et intarissable sur les plantes, le vrai travail commence au sous-sol de sa maison où le druide devient un alchimiste pour transformer les plantes en élixir. Extraire les arômes des fleurs, fruits et plantes se fait par distillation ou macération, le dosage étant primordial, tout est noté dans un carnet, mis en bouteille et étiqueté. Attendre quelques mois et André peut savourer son plaisir en distribuant à sa famille, ses amis ou à chaque repas à la salle des fêtes son apéritif à la fleur de pissenlit, son ratafia de figue, sa liqueur des garrigues aux huit plantes, son vin de camomille ou sa dernière élaboration, la liqueur de clémentines corses.

Alors, si vous croisez ce drôle de druide dans la campagne, ne le dérangez pas si vous voulez goûter sa prochaine potion magique. à consommer avec modération, bien évidemment.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here