La source de cet article se trouve sur ce site

Une faute de frappe et un internaute farceur ont mis à mal la réputation de Rudy Giuliani, avocat du président américain Donald Trump et conseiller en piratage informatique pour la Maison Blanche, sur sa connaissance de Twitter et d’internet.

La semaine dernière, au détour d’un tweet dans lequel il fustige l’enquête du procureur spécial Robert Mueller contre d’anciens conseillers du président américain Donald Trump, Rudy Giuliani oublie un espace entre deux phrases et écrit “G-20.In”. Le réseau social croit alors reconnaître un site internet créé en Inde et surligne automatiquement le mot comme un lien hypertexte renvoyant vers la page.

Le lien est repéré par un créateur de site internet basé à Atlanta, Jason Velazquez, qui réalise que le nom de domaine n’appartient à personne. Il paie 5 dollars pour l’enregistrer à son nom et ne laisse qu’un message sur sa page d’accueil, “Donald J. Trump est un traître à la patrie”, qui s’affiche à chaque fois qu’un internaute clique sur le lien.

“Twitter a permis à des gens d’envahir mon texte avec un message dégoûtant contre le président. Ne me dites pas qu’ils ne sont pas des anti-Trumpistes impliqués et encartés”, a réagi mardi soir M. Giuliani, furieux de ce détournement.

Mais sa réaction a entraîné une salve de commentaires ironiques sur Twitter et de nombreux internautes ont raillé l’ignorance de M. Giuliani, qui dirige pourtant une société de consulting en sécurité informatique et a été embauché l’année dernière par la Maison Blanche.

“Le conseiller en cyber-sécurité de Trump ne sait pas comment marche Twitter,” a raillé le consultant démocrate Brad Reason.

“Rudy Giuliani accuse Twitter d’avoir saboté son message. En fait, c’est de sa faute”, a résumé pour sa part mercredi le New York Times.

05/12/2018 21:30:55 –          Washington (AFP) –          © 2018 AFP

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here