La source de cet article se trouve sur ce site

Grosse frayeur pour les usagers du métro parisien. Une rame de la ligne 1, qui relie le château de Vincennes à La Défense via certains des quartiers les plus touristiques de Paris, a traversé plusieurs stations sans s’arrêter mardi 17 septembre au soir, à la grande frayeur de ses passagers. Un usager de Twitter a témoigné de « la peur de (sa) vie » : « On vient d’éviter un énorme accident, le train ne s’arrêtait plus depuis trois arrêts. À deux doigts de prendre le métro de devant », arrêté au niveau de la station George-V, a-t-il expliqué à ses quelque 23 000 abonnés Twitter.

« Suite à un incident technique, la rame n’a effectivement pas marqué l’arrêt durant trois stations », a réagi la RATP sur le compte Twitter de la ligne 1. « L’arrêt s’est ensuite fait dans le respect des procédures de sécurité prévues. Bien qu’impressionnant, nous vous assurons qu’il n’y a pas eu de mise en danger. » La RATP a ensuite précisé à différents médias qu’il y avait dans un premier temps eu « une disjonction d’intensité » à la station Palais-Royal vers 21 h 30, un incident électrique pouvant être impressionnant « car à l’origine d’un bruit fort et d’étincelles, mais sans risque pour le voyageur ». Dans un second temps, « une mauvaise programmation a eu pour conséquence que plusieurs arrêts n’ont pas été desservis par une rame, vers 21 h 50 », selon la RATP, mais « le système de sécurité a détecté l’anomalie et l’arrêt de la rame s’est fait en toute sécurité ». Elle insiste sur le fait qu’« il n’y a eu en aucun cas risque de collision ».

Lire aussi Paris : un samedi par mois, le métro sera ouvert la nuit

Des passagers « totalement isolés, sans possibilité d’agir »

Une organisation syndicale a appelé mercredi à « une prise de conscience » sur « la nécessité de la présence à bord des trains », au lendemain des problèmes techniques sur la ligne. Soulignant que les passagers de ce « métro fou » étaient « totalement isolés, sans possibilité d’agir », Solidaires RATP a jugé mercredi que « les incidents à répétition sur les lignes automatiques parisiennes » (lignes 1 et 14) devaient « entraîner une prise de conscience » de la région Île-de-France et de la RATP « sur la nécessité de la présence humaine à bord des trains ». Solidaires RATP considère pour sa part que « seul un agent RATP présent à bord, capable d’arrêter le train et de le prendre en conduite manuelle, est une sécurité ».

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here