Nutri-Score : quand les consommateurs prennent le pouvoir

Le Meilleur de...

[TOPITRUC] Un masque de protection avec ta question préférée

Combien ?    à partir de 11.95 € Chez qui ?   Redbubble Il m'en faut (au moins) un ! Pourquoi c'est top ? Parce qu'un cadeau...

Quand Corynne Charby était mannequin par Nath-Didile

Avant de devenir celle que nous connaissons tous, Corynne Charby était mannequin et a beaucoup posé pour les magazines et les catalogues de ventes par...

SFERIES – LES BOULES AU MIEL DE PESSAH'

25 Mars 2020 , Rédigé par Rahel Publié dans #Pessah` בס"ד Une recette hyper simple qui ravieront petits et grands. Ingredients 6 oeufs 6 cs de farine de matsa zestes...

Cages à poules, tape-culs, tourniquets et jeux de plein air par Nath-Didile

Qu'est-ce qu'on était casse-cou quand on était petit ! Je ne sais pas vous mais moi j'adorais grimper dans la cage à poules de mon...

Les Mini-Star de la mode par Nath-Didile

Tout le monde se souvient des Mini-Star (sans "s" à la fin), ce groupe d'enfants qui interprétait des chansons dans les années 80 :...

Entre les poids lourds de l’alimentaire et les consommateurs, la confiance n’est plus toujours de mise. Fin mai dernier, le « Financial Times » révélait que plus de la moitié des grands produits de consommation de Nestlé obtenaient une mauvaise note nutritionnelle, selon un système de notation australien semblable au Nutri-Score. Dans une présentation interne diffusée à ses cadres dirigeants et révélée par le quotidien britannique, le groupe suisse reconnaissait que plus de 60 % de ses produits – nutrition infantile, produits pour animaux de compagnie, café et nutrition médicale exclus – ne répondaient pas à la « définition de santé » et que certaines catégories de produits « ne seraient jamais saines », quelle que soit la manière dont elles seraient reformulées. Pour éteindre l’incendie, une porte-parole du groupe a affirmé que Nestlé travaillait « sur un projet à l’échelle d’entreprise » afin de mettre à jour sa stratégie en matière de nutrition et de santé. Chez nous, Intermarché annonçait en début d’année avoir modifié la recette de 900 de ses produits commercialisés en marque de distributeur (MDD), afin d’obtenir une meilleure note au Nutri-Score et sur l’application Yuka, utilisée régulièrement par six millions de consommateurs… que les industriels tentent de rassurer.

Transparence et vigilance

Dans une étude publiée en septembre 2019, Yuka révélait que 92 % de ses utilisateurs reposaient des produits lorsqu’ils étaient notés en rouge sur l’application. Bien conscients du pouvoir de cet outil entre les mains des consommateurs, certains acteurs de l’agroalimentaire ont témoigné de son influence dans leurs prises de décision, à l’image d’Unilever France : « Nous avons formulé de nouveaux produits pour répondre aux besoins et aux attentes des consommateurs qui sont très alignés aux critères d’évaluation de Yuka. »

- Advertisement -

De plus en plus informé, le client d’aujourd’hui est en mesure de faire des choix éclairés. D’après le 1er Observatoire des comportements engagés, 70 % des Français privilégient des marques de produits et de services engagées, la préoccupation principale des consommateurs étant de trouver des produits écoresponsables plus accessibles et plus nombreux.

L’émergence des marques de consommateurs

Après l’émergence des marques de distributeurs lancées par Carrefour dans les années 70 avec ses « produits libres », c’est désormais aux marques de consommateurs de prendre des parts de marché aux mastodontes de l’agroalimentaire. La première d’entre elles est « C’est qui le patron ?! », lancée par Nicolas Chabanne en 2016 afin de permettre à chacun de pouvoir reprendre en main différemment sa consommation. En pleine crise laitière, la brique de lait a été le premier produit commercialisé avec un cahier des charges établi collectivement par les consommateurs, afin de maîtriser la fabrication et une commercialisation au juste prix : un minimum de 0,39 € par litre de lait est reversé aux producteurs, soit 18 % de plus que le cours moyen du marché. Aujourd’hui, la marque s’est diversifiée en conservant sa démarche initiale, et a aussi fait des émules. Dans une approche similaire, « Juste »  s’est aussi appuyée sur les préoccupations des consommateurs pour se construire. « Nous avons mené une étude qui nous a permis de cerner leurs attentes. Celles-ci sont, dans l’ordre, que le produit soit bon, fabriqué localement et qu’il rémunère bien ses producteurs. La transparence est essentielle et les gens sont prêts à mettre un prix un peu plus élevé s’ils savent où cela va », argumente Patrice Remaud, éleveur de bovins laitiers et cofondateur de la marque.

Prendre le train en marche

Les enseignes de grande distribution jouent aussi le jeu, à l’image d’Intermarché qui a lancé en 2018 « Les éleveurs vous disent merci ! » et est engagé dans une démarche du « mieux produire » pour « mieux manger », qui ambitionne d’améliorer plus de 6 500 produits MDD d’ici 2025. « Le goût, même s’il reste primordial, n’est plus le seul critère que nous prenons en compte. Nous travaillons aussi sur les volets environnementaux, sociétaux et sanitaires de nos produits afin de les rendre plus responsables, autant du côté du contenant que du contenu », détaille Alain Plougastel, adhérent Intermarché en charge du « mieux manger » et des MDD. Pour avancer vers cet objectif, 18 points ont été définis, dont l’origine France des matières premières, l’amélioration des recettes, la diminution des emballages ou encore une meilleure rémunération des éleveurs.

Face à la multiplication de ces différentes initiatives, les « grandes » marques de l’agroalimentaire tentent de prendre le train de l’alimentation responsable en marche, en mettant en avant leurs différentes actions en matière de développement durable comme peuvent le faire Bel (Babybel, Boursin, La Vache qui Rit, etc.) ou Nestlé. Pour autant, cela n’est pas toujours suffisant pour regagner la confiance des consommateurs, estime Sandrine Raffin. « Ils ont besoin qu’on leur apporte des preuves concrètes. Les grands discours ne suffisent pas car il y a trop eu de greenwashing. » La connaissance et le pouvoir vont souvent de pair, et cela, les consommateurs l’ont bien compris.

© Prostock-Studio_GettyImages

À lire aussi :

Sourcegourmand.viepratique.fr

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

TOP cette semaine

20 Super Décorations De Noël Avec Des RONDINS DE BOIS.

Ils donnent un aspect rustique et naturel très agréable.Vous pouvez utiliser des rondins de bois aussi bien pour la déco de la table, que...

Top 100 des devinettes faciles

Pour passer du bon temps et vous amuser on vous propose de voir les meilleures blagues courtes mais si vous voulez vous creuser un...

Comment Faire Votre Propre Remède Anti-Grippe (avec des Huiles Essentielles).

Aujourd'hui, nous allons voir comment se protéger de la grippe naturellement.Car la meilleure façon de prendre soin de sa santé, c'est de ne pas...

Top 10 des faits divers les plus débiles, les champions de la semaine #354

Bon dimanche mes bougies parfumées au biscuit comment que vous allez ? Même si vous ne répondez pas je sais que ça va, parce...

Top 10 des meilleurs génériques de la télévision, un peu de nostalgie

Il n’y a pas que les séries TV qui ont des génériques cool. Les émissions TV aussi. Bon, y’en a pas beaucoup. Ok. La plupart...

Top 15 des signes que ta ville est trop petite, beaucoup trop petite

Cette intro est à lire avec la voix de Florent Pagny, juste pour le plaisir : Il existe de nombreuses différences entre les villes les...

Plus & plus encore