La source de cet article se trouve sur ce site

Les gendarmes ont lancé fin 2019 une expérimentation pour le moins insolite : ils ont diffusé leurs conseils d’hygiène informatique sur… des centaines de milliers d’emballages de baguettes de pain. Ce dispositif utilisant des objets du quotidien pour faire passer des messages aux citoyens, nommé R-mess, a été lauréat du 1er prix de la prévention de la gendarmerie.

Un emballage de baguette de pain avec des conseils de cybersécurité, présenté sur le stand de la gendarmerie nationale au Forum international de la cybersécurité à Lille, le 29 janvier 2020.

© Guerric Poncet / Le Point

Les 800 000 sachets ont été financés par la plateforme du gouvernement cybermalveillance.gouv.fr et distribués dès la fin du mois d’octobre 2019 par huit groupements de gendarmerie en Charente-Maritime, dans le Finistère, le Gard, l’Isère, la Manche, le Rhône, les Yvelines et les Vosges.

Quatre messages clés

Sur les papiers entourant les baguettes, quatre grands conseils : « attention aux belles promesses » (les petites annonces trop belles pour être vraies, par exemple), « pas de clics hâtifs » (les faux sites utilisent parfois des adresses ne différant que d’un caractère avec le vrai), « ne communiquez pas vos données personnelles » (une banque n’exige jamais un mot de passe par e-mail) et enfin « ne cédez pas au chantage » (lorsqu’on vous menace de diffuser des photos intimes).

« Les messages de prévention sont directement liés aux principales infractions commises sur Internet et que nous avons recencées », nous explique la gendarmerie. Le papier fait aussi la promotion du dispositif d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance, Acyma (qui édite le portail cybermalveillance.gouv.fr).

« Replacer l’humain au centre de la cybersécurité, c’est un vaste sujet, mais c’est sans doute LE sujet », a insisté le général d’armée Christian Rodriguez, directeur général de la gendarmerie nationale, lors de son discours d’ouverture au Forum international de la cybersécurité, le 29 janvier 2020, à Lille. Et cela ne concerne pas que les ingénieurs des services de cybersécurité : chaque citoyen contribue, à son échelle, à la cybersécurité du pays.

Lire aussi Comment la DGSE et la DGSI recrutent au Forum de la cybersécurité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here