La source de cet article se trouve sur ce site

Sur l’île de Sumatra, une cargaison de durian, des fruits asiatiques particulièrement malodorants, a provoqué l’immobilisation d’un appareil indonésien pendant une heure après une rébellion des passagers refusant de s’envoler en subissant sa puanteur.

Voisins de vol bruyants, manque de place, nourriture pas terrible : de nombreux désagréments peuvent survenir à bord d’un avion. Au départ de Bengkulu, sur l’île de Sumatra en Indonésie, des passagers ont été fortement dérangés par l’odeur de durians et ont refusé d’embarquer. Ce fruit est considéré comme le « roi des fruits » par les gourmets du sud-est asiatique qui apprécient sa texture crémeuse et son goût semblable à certains fromages bleus. Mais le durian ne fait pas l’unanimité et certains lui reprochent son odeur et la compare à celle des égouts, du vomi ou de chaussettes sales. Elle est tellement forte que le fruit est interdit dans les lieux publics dans plusieurs pays d’Asie.

Deux tonnes de durians en soute

En plus de l’odeur dérangeante, les passagers du vol de Sriwijaya Air étaient inquiets du poids de la cargaison. Le transporteur aérien a reconnu que les soutes de l’appareil étaient chargées de plus de deux tonnes du fruit malodorant, mais ont souligné que cette cargaison était sans danger et que l’odeur devait se dissiper une fois en vol.

« Le durian n’est pas considéré comme un produit dangereux dans les avions », a insisté Abdul Rahim, un responsable de la compagnie aérienne sur la chaîne Kompas TV mardi soir.  Il a mis la puanteur sur le compte de la chaleur inhabituelle et a souligné que le personnel avait pris des mesures, notamment en répandant de la poudre de café sur les fruits, pour tenter d’absorber l’odeur.

Finalement le transporteur aérien a débarqué la cargaison de durian et les passagers ont pu repartir une heure plus tard vers Jakarta. L’aéroport de Bengkulu a indiqué que les procédures concernant le transport de durian seraient révisées pour éviter à l’avenir d’incommoder les passagers.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here