La source de cet article se trouve sur ce site

Les biscuits les plus clivants du rayon goûter sont au cœur d’une polémique qui dure depuis plusieurs années. Si pour certains la présence de Figolu dans le cartable était synonyme de punition, d’autres ne se sont toujours pas remis du changement de recette – ou de forme, selon les points de vue – des gâteaux à la figue. En témoigne une pétition, qui circule depuis 2015 date des fameuses modifications, mais ressurgit ces jours-ci après la publication d’un article dans le quotidien régional Presse Océan. Deux mille quatre cents personnes ont déjà signé sur le site mesopinions.com cet appel au retour des « vrais » biscuits le Figolu.

Les Figolu ont été lancés par LU en 1961. Ces biscuits sablés, fourrés à la pâte de figue, sont alors vendus par boîte de 16 gâteaux, soit 165 grammes, et sont vendus en moyenne 0,82 centime, précise le quotidien régional. Mais en 2015, la société mère de Lu, la multinationale agroalimentaire américaine Mondelez, stoppe leur production dans l’usine de Haye-Fouassière, commune de la périphérie de Nantes et modifie la présentation de ces gâteaux phares.

La recette a-t-elle changé  ?

Les Figolu deviennent les « Figolu La Barre », le paquet de 5 barres de 137,5 g, précise Presse Océan, est maintenant commercialisé à 1,31 euro. Mais surtout, malgré les démentis de la marque, les consommateurs s’offusquent : la recette et donc le goût ont changé  ! Sous le hashtag #TeamFigolu, les nostalgiques des biscuits fourrés se reconnaissent et s’échangent bons plans d’ersatz et recettes maison. Avec une très nette accélération des interactions figolesques ces derniers jours.

Mais le combat est peut-être perdu d’avance. En effet, en avril dernier, la marque LU avait répondu à la journaliste de France Inter Fabienne Sintes, et ardente #TeamFigolu, qu’il n’était « pas prévu pour l’instant de relancer la production, mais s’ils faisaient leur grand retour, vous seriez les premiers informés  ! Et vous pouvez toujours les trouver en barres individuelles ».

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here