La source de cet article se trouve sur ce site

Tous les ans, après le stress de la rentrée, elle pointe le bout de son nez…

Et pour certains d’entre nous elle reste jusqu’au début du printemps.

Alors cette fois, on va mettre toutes les chances de notre côté pour affronter la déprime automnale.

L’été touche à sa fin. Pour nous, pauvres mortels, c’est la saison dont nous avons le plus de mal à faire le « deuil.

Tout est plus sympa en été : le soleil, la longueur des journées, les activités, les vacances… Il faut faire une croix là-dessus !

Ça a l’air anodin, mais ça ne l’est pas du tout, et ça peut entraîner une déprime dont on met parfois du temps à se remettre…

Voici comment j’attaque le problème !

1. Je me mets en « condition » psychologique !

Je sais, dès que la rentrée est passée, que ma tête perd autant ses cheveux que les arbres leurs feuilles, que je me lève avant le soleil, que c’est la mauvaise période qui commence pour moi.

Bientôt les journées seront plus courtes, le soleil moins présent, un climat qui apportera pluie et autres désagréments.

La première chose que je fais est de me préparer psychologiquement. L’automne arrive, et plus vite j’accepte l’idée, plus vite je peux passer aux étapes suivantes.

Une petite laine s’impose ? Tant pis ! Il y a d’autres moyens de faire durer l’été pour moi !

2. Je prends soin de mon corps

Tout d’abord, j’essaie de garder mon joli teint des vacances. Le bronzage, je sais comment le conserver un peu. Si je me trouve encore jolie devant ma glace, déjà je gagne des points de bonheur !

Ensuite, je prends soin de moi de l’intérieur : je mange des légumes, des fruits… Et je fais tout mon possible pour garder bonne mine en prenant des vitamines naturelles.

3. Je fais du sport

Le sport, on a arrêté d’en faire pendant l’été. Lors de la belle saison, on se sent bien. Le soleil suffit à notre bonheur. Mais je sens que mon corps s’endort. Et mon corps est lié à mon esprit : donc, je le remue !

Si, par malchance, je n’ai plus le temps ou le budget cette année de faire les 3 heures de fitness que je faisais l’an passé, je m’arrange pour marcher, de préférence avant la tombée de la nuit, pour profiter des rayons du soleil (école et boulangerie à pied !)

4. Je prends de la vitamine D

La vitamine D est apportée en partie par les rayons du soleil. Elle agit sur notre tempérament. Si l’on en manque, le moral descend en flèche.

Si l’automne est pluvieux, ou que je suis trop longtemps enfermée pour travailler, je complète mon alimentation par des comprimés de vitamine D.

5. Dernier recours : la médecine douce

Si vraiment, malgré toutes ces précautions prises « avant » le phénomène redouté, ça ne va pas cet automne ou cet hiver, alors je n’hésite plus. Je me « soigne » en douceur :

– Phytothérapie : par exemple la valériane ou Euphytose, mais sur avis médical, bien entendu.

Luminothérapie : une lampe à poser sur mon bureau, pour remplacer la lumière du soleil.

À votre tour…

Vous avez essayé ces remèdes de grand-mère contre la déprime saisonnière ? Dites-nous en commentaires si ça a été efficace. On a hâte de vous lire !

Vous aimez cette astuce ? Partagez-la avec vos amis sur Facebook.

À découvrir aussi :

20 Choses à Ne JAMAIS Oublier Quand on Aime Quelqu’un Atteint de Dépression.

Vive la Rentrée : Reboostons Naturellement nos Défenses Immunitaires avant l’Automne !

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here