La source de cet article se trouve sur ce site

Un lionceau en plein saut, les pattes en avant, griffes sorties, semblant prêt à se rattraper aux testicules d’un lion… La photo Attraper la vie par les… de Sarah Skinner, prise au Botswana, a remporté cette année les Comedy Wildlife Photography Awards, un concours de photographies animalières humoristiques. « Je suis heureuse de pouvoir vous dire que ce lionceau continue de grandir dans le clan des lions », a-t-elle précisé dans un communiqué après sa victoire.

Depuis 2015, ce concours décalé, fondé par deux photographes britanniques, Paul Joynson-Hicks et Tom Sullam, récompense les photos les plus drôles des animaux. L’idée leur est venue alors qu’ils étaient en Tanzanie, et avaient eux-mêmes capturé quelques clichés de bêtes dans des situations décalées. « On voit beaucoup d’images d’animaux difficiles à regarder, explique Tom Sullam au Point. On s’est dit qu’il devait y avoir un autre moyen pour sensibiliser les gens à la protection de la vie sauvage, aujourd’hui menacée. »

Lire aussi Au Botswana, le rétablissement de la chasse à l’éléphant provoque un tollé

L’humour au service de la protection de la vie sauvage

Professionnels comme amateurs, « tout le monde peut envoyer sa photo, sauf les fondateurs bien sûr ! » Pour l’édition 2019, 4 000 candidatures ont été soumises, venant de 68 pays. Une sélection est faite parmi les clichés, puis 12 juges notent les finalistes pour déterminer le grand gagnant, ainsi que ceux des autres catégories que compte le concours – animaux dans les airs, dans l’eau, choix du public… « Ce qui est marrant, c’est que personne dans le jury n’est d’accord sur les photos », s’étonne Tom Sullman.

Parmi les autres gagnants de cette année, on trouve la photo d’une loutre « choquée » qui se tient les joues avec ses pattes, d’un slow romantique entre deux écureuils de terre du Cap, d’un renne qui tente de se camoufler dans des fougères ou encore d’un primate dans l’eau qui semble en pleine crise existentielle.

Si les clichés prêtent à sourire, le message que les organisateurs veulent faire passer à travers leur concours est, lui, très sérieux. « On aimerait que les gens se sensibilisent à la protection de la vie sauvage », explique Tom Sullman, qui renvoie notamment aux quelques conseils donnés sur le site de la compétition pour agir à son niveau : maîtriser sa consommation d’eau, faire attention aux produits que l’on achète… Et, pour ceux qui en ont les moyens, des livres avec les meilleures photos des différentes éditions sont en vente sur Internet, et une partie des profits est reversée à The Born Free Foundation, qui milite pour la préservation de la vie sauvage. « On ne demande pas aux gens de changer leur manière de vivre du jour au lendemain, ce n’est pas facile, mais de petits pas peuvent faire la différence. »

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here