La source de cet article se trouve sur ce site

Les effluves d’une côte de bœuf grillant sur le barbecue font en général des heureux pendant l’été. Mais, pour Cilla Carden, une végane qui vit dans la banlieue de Perth en Australie, les choses ont commencé à sentir le roussi dès 2017. Gênée par les odeurs, elle s’est plainte à la justice australienne, qui vient de la débouter, rapporte The Guardian.

C’est un conflit de voisinage bien particulier que la justice australienne a été amenée à trancher. Depuis 2017, Cilla Carden, une masseuse végane, s’était lancée dans une guerre judiciaire contre ses voisins. La raison  ? Elle leur reproche de cuisiner poissons et viandes au barbecue dans leur jardin, dégradant ainsi sa « qualité de vie ». « Tout ce que je peux sentir, c’est le poisson. Je ne peux pas profiter de ma cour. Je ne peux pas y aller », confie-t-elle au Guardian. Elle explique par ailleurs ne plus être capable de dormir la nuit. Interrogé, un voisin explique qu’elle n’est pas « raisonnable ». « Ses demandes ont été faites au détriment de la capacité des autres habitants à profiter de leurs maisons. » Un avis partagé par la justice à plusieurs reprises ces dernières années.

De multiples problèmes de voisinage

Si c’est bien entendu le conflit végan/barbecue qui attire l’attention, la liste des récriminations de cette femme ne s’arrête pas là. Elle reprochait aussi à ses voisins de jouer au ballon, de bouger des chaises ou encore de fumer des cigarettes. Par ailleurs, son affaire pourrait bien ne pas encore s’arrêter là. Après cet échec devant la Cour suprême d’Australie-Occidentale, elle réfléchit à déposer un nouveau recours.

En France aussi, de surprenantes querelles de voisinage finissent devant les tribunaux. Ce 3 septembre, une propriétaire de canards est au tribunal à Dax à cause du bruit de ses palmipèdes. Jeudi, le tribunal de Rochefort va rendre son délibéré dans l’affaire du coq Maurice, accusé lui aussi de « nuisances sonores ».

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here