La source de cet article se trouve sur ce site

Parler avec ses enfants n’est pas une chose facile…

Ils ont des idées sur tout et des histoires à n’en plus finir.

En plus, ils voient le monde avec un regard complètement différent du nôtre.

Toutes les questions qu’ils ont suffiraient à occuper un après-midi entier.

Trouver les bons mots pour communiquer avec eux est un véritable défi !

Et dans les situations compliquées, on peut vite se sentir dépassé et avoir du mal à garder son calme.

On se sent sous pression, on ne trouve plus ses mots et il devient alors difficile de formuler des phrases cohérentes.

Tout ce qui sort de notre bouche est un son à mi-chemin entre un grognement et un soupir…

Heureusement, il existe des phrases simples et efficaces pour faciliter la communication avec ses enfants au quotdien et ainsi éviter les disputes.

Voici 12 phrases indispensables pour mieux communiquer avec ses enfants. Regardez :

1. « Pour autant… »

Un « mais » peut rendre une discussion tendue encore plus compliquée.

En plus d’effacer tout ce qu’on a pu dire avant, un simple « mais » peut blesser et semer la confusion.

Dire « Je t’aime mais… » ou « Je suis désolé mais… » est souvent compris comme « Je t’aime mais pas suffisamment » ou « Je suis désolé mais pas vraiment ».

Remplacez plutôt « mais » par « pour autant… ».

Ça donne du poids à ce que vous avez dit juste avant mais aussi à ce que vous direz après.

« Je t’aime. Pour autant je ne peux pas te laisser faire du mal aux autres.

« Je suis désolé que tu sois en colère. Pour autant faire une fugue n’est pas prudent ».

2. “Je te demande de…/ Il faut que tu… »

L’une des meilleures manières de provoquer un rapport de force est de laisser le choix aux enfants.

Comme avec ce type de questions : « Es-tu prêt à passer à table ? »

ou « On peut aller s’habiller maintenant ? » ou « Tu veux bien ramasser tes jouets ? »

Ces formules sont parfaites SI vous voulez effectivement laisser le choix à votre enfant.

Dans le cas contraire, vous devez formuler votre demande plus clairement.

Pour cela, vous pouvez utiliser ce type de phrases :

« Il est l’heure de passer à table, il faut que tu viennes manger, s’il te plaît. »

« Je te demande d’aller t’habiller, s’il te plaît. »

« Il faut que tu ramasses tes jouets, s’il te plaît. »

3. « Je vois bien… »

« Je vois bien que vous voulez tous les deux le même jouet. »

« Je vois bien que tu es très en colère… »

En constatant simplement la situation, en cas de problème, vous évitez d’accuser l’enfant ou de faire des suppositions.

Vous montrez ainsi que vous essayez de comprendre ce qu’il se passe, au lieu de vouloir tout de suite trouver un coupable.

De cette manière, chacun est bien plus disposé à trouver une solution au problème.

Pour que ça marche, commencez simplement par décrire ce que vous voyez, sans porter de jugement.

Puis invitez votre enfant à terminer votre phrase pour savoir ce qu’il s’est passé.

4. « Décris-moi… »

Comme pour le point numéro 3, l’essentiel est de ne pas tirer de conclusions trop rapidement.

Au lieu de ça, laissez d’abord votre enfant s’exprimer.

Cette formule marche aussi bien si vous essayez d’arranger une dispute que si vous essayez de comprendre ce que votre enfant a dessiné.

« Décris-moi ce que tu as dessiné… » marche mieux que de dire « Quel joli ours ! » (surtout si l’enfant a en fait dessiné un chien).

« Décris-moi ce qui s’est passé… » est bien plus efficace que « Je n’arrive pas à croire que tu l’aies frappée ! » (surtout si avant ça, l’autre enfant l’a nargué pendant 2 heures).

5. « J’aime bien te regarder… »

Cette formule est idéale pour développer des relations proactives et porte toujours ses fruits dans les moments difficiles.

Elle me vient de ma grand-mère. Je l’ai mise en pratique des milliers de fois.

C’est une formule à garder toujours sous la main pour développer des relations proactives (elle portera ses fruits dans les moments difficiles).

Dire à un enfant que vous lui prêtez de l’attention et que vous aimez le regarder dans ses activités peut réellement l’aider à développer une estime positive de lui-même.

La meilleure manière d’encourager un enfant à bien se comporter et de favoriser de bons rapports est de lui faire remarquer ses bonnes actions et qualités.

Pour cela, vous pouvez utiliser ce type de phrases :

« J’aime bien te regarder jouer avec tes frères. »

« J’adore t’écouter jouer du piano. »

« J’aime bien te regarder faire des constructions avec tes Legos. »

C’est une formule simple et efficace qui montre à l’enfant qu’on est attentif à lui.

Elle nous rappelle aussi de ralentir le rythme pour nous placer en spectateurs.

6. « À ton avis, qu’est-ce que tu pourrais faire… »

Au quotidien, on a tendance à vouloir régler tout de suite le moindre problème qui se présente.

Mais en fait, il est important de responsabiliser les enfants et de leur apprendre à les résoudre par eux-mêmes.

Pour cela, vous pouvez utiliser ce type de phrases :

« À ton avis, qu’est-ce que tu pourrais faire pour remonter le moral de ta soeur ? »

« À ton avis, qu’est-ce que tu pourrais faire pour te réconcilier avec ton ami ? »

« À ton avis, qu’est-ce que tu pourrais faire pour réparer ce que tu as cassé ? »

Ce type de phrase encourage les enfants à prendre des initiatives par eux-même et pas seulement à proposer une solution.

D’où l’importance du TON et du TU dans la phrases : « À TON avis, qu’est-ce que TU pourrais faire…. »

7. « Comment est-ce que je peux t’aider à… »

Dans certaines situations, on voit clairement que les enfants ont besoin de notre aide.

À ce moment-là, ce qui est important c’est de leur donner un coup de main mais pas de voler tout de suite à leur secours.

L’objectif est de leur montrer que l’on est là pour les aider si besoin, sans pour autant le déresponsabiliser.

Dans ce cas de figure, vous pouvez utiliser ce type de phrases :

« Comment est-ce que je peux t’aider à réparer ce verre cassé ? »

« Comment est-ce que je peux t’aider à ranger ta chambre ? »

« Comment est-ce que je peux t’aider pour tes devoirs ? »

8. « Ce que je sais, c’est… »

Dans certains cas, on SAIT parfaitement que nos enfants nous mènent en bateau.

Si on leur dit d’emblée « Tu me mens ! », ils vont se refermer sur eux-même ou être sur la défensive.

On peut éviter une dispute en commençant simplement par dire ce que l’on sait.

Et ça marche aussi bien si l’on ait face à mensonge que devant un gros malentendu.

Dans ce cas de figure, vous pouvez utiliser ce type de phrases :

« Ce que je sais, c’est qu’il y avait 4 biscuits sur l’assiette quand je suis partie. »

« Ce que je sais, c’est que les jouets ne peuvent pas se déplacer tout seuls. »

« Ce que je sais, c’est que la maman de Laura n’était pas à la maison aujourd’hui. »

9. « Aide-moi à comprendre… »

Demander à un enfant de vous aider à comprendre une situation est bien moins accusateur que de lui dire « explique-toi ».

Vous lui faites passer le message que vous ne comprenez pas mais que vous VOULEZ comprendre.

Pour ce type de cas de figure, vous pouvez utiliser les phrases suivantes :

« Aide-moi à comprendre comment ça a pu atterrir ici. »

« Aide-moi à comprendre ce qui s’est passé. »

10. « Je suis désolé… »

Les enfants ne sont pas toujours les seuls à faire des erreurs. Les adultes et les parents aussi en font !

Reconnaître ses propres défauts et maladresses, c’est aussi donner à son enfant des opportunités d’apprendre.

Quand on s’excuse pour des choses que l’on a faite, on lui apprend à comment s’excuser correctement.

Mais pas seulement.

On lui enseigne aussi que tout le monde fait des erreurs.

Quand un enfant nous voit reconnaître nos erreurs et nous excuser, il comprend tout de suite qu’il peut faire la même chose.

Et quand on sait se réconcilier rapidement, cela rend les relations plus fortes.

11. « Merci… »

Dans la vie de tous les jours, il est important de donner autant d’importance aux bons moments qu’aux plus difficiles.

Cela veut dire par exemple, souligner aussi les chouettes moments, même brefs, de journées vraiment pénibles.

En effet, nos enfants ont besoin de savoir que leurs efforts ne passent pas inaperçus.

C’est comme quand on s’attend, nous-mêmes, à un minimum de reconnaissance après avoir travaillé dur sur un projet.

Pour ce genre de cas de figure, vous pouvez utiliser ce type de phrases :

« Merci d’avoir rangé ton casse-croûte ce matin. »

« Merci d’avoir écouté aussi gentiment ce que j’avais à te dire. »

« Merci d’avoir aidé ta soeur. »

Voire même : « Merci d’avoir ranger ta chambre. Je sais que tu voulais faire autre chose d’abord. (Sous-entendu : vu que tu as piqué une crise juste avant). Ça me fait vraiment plaisir que tu te sois donné la peine. »

12. « Je t’aime… »

Il faut surtout retenir ces trois mots et ne pas hésiter à les prononcer souvent.

Nos paroles et nos actes doivent montrer à nos enfants qu’on les aimera TOUJOURS, envers et contre tout.

Dans toutes les études sur le développement de l’enfant que j’ai lus, il y a deux vérités qui reviennent constamment :

1. Avant toutes choses, ce sont les relations humaines qui favorisent l’apprentissage et le développement de l’enfant.

2. Aimer inconditionnellement est la base de toute relation humaine saine, en particulier entre les membres d’une famille.

Avant, pendant et après les situations les plus compliquées, on doit dire à nos enfants qu’ils seront toujours aimés et en sécurité avec nous, quoi qu’il arrive.

Montrer son amour peut compenser toutes les erreurs que les parents peuvent commettre.

Et ce, même quand on n’arrive pas à trouver les bons mots ou qu’on ne communique pas comme on le devrait.

Quand on manifeste son amour à un enfant et qu’il grandit entouré d’amour, on parvient toujours à trouver un moyen de se réconcilier.

Vous aimez cette astuce ? Partagez-la avec vos amis sur Facebook.

À découvrir aussi :

30 Questions à Poser à Votre Enfant à la Place de « Comment s’est Passée Ta Journée ? ».

8 Trucs à Dire à Vos Enfants Pour Les Rendre Heureux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here